News N. 0/113   25/06/2018

Promotion 2017-2019 du ‘Programme de bourse sur le changement climatique’ à Monaco

Maria Elena Cuomo, Présidente de la Fondation et Francisco A. Diaz Lison, Directeur Général, avec la nouvelle promotion du programme de bourse GIEC.

Les quatre nouveaux doctorants bénéficiaires du programme de bourse sur le changement climatique que la Fondation Cuomo soutient depuis 2013 se sont rendus à Monaco du 21 au 23 juin 2018. Ces jeunes chercheurs issus du Myanmar, du Sénégal et du Sri Lanka forment la promotion 2017-2019 de ce projet, mis en place en partenariat avec le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) et la Fondation Prince Albert II de Monaco.

Durant leur séjour en Principauté, les jeunes spécialistes du climat ont eu l’occasion d’échanger longuement avec la Fondation sur des sujets qui leur tiennent à coeur : évolution régionale du climat, défis d’avenir, trouvailles de leur études, leurs aspirations professionnelles…

Le temps fort de ces échanges fut le témoignage de Ey Phyu Win, ressortissante du Myanmar, qui a dû persévérer face à l’administration de son pays, d’abord pour pouvoir bénéficier de l’aide de la Fondation, ensuite pour pouvoir quitter son pays pour la première fois afin de se rendre à Monaco… Il s’agissait d’un long processus de près de cinq ans durant lesquels la Fondation s’est toujours rangée de son côté, lui fournissant une aide matérielle et un soutien moral certains. En bravant la fermeté d’un statu quo qui n’a d’égal que la volonté de la jeune femme, Ey Phyu Win est aujourd’hui en phase finale de sa recherche. Cette étude porte sur l’émission de méthane dans la culture du riz et les moyens de la réduire. Il s’agit d’une étude essentielle, étant donnée l’importance que représente la production du riz dans le continent qui abrite 60% de la population planétaire. 90% de la production mondiale du riz est cultivée et consommée en Asie…

Quant au compatriote d’Ey Phyu Win, Htwe Min Thant, ce chercheur assistant du Ministère de l’agriculture birman est en train de mettre au point une biotechnologie pour accroître la résistance de l’aubergine aux sécheresses,  une situation devenue de plus en plus récurrente au Myanmar ces dernières années.

Aissatou Faye, la première sénégalaise à bénéficier du soutien de la Fondation dans ce programme, étudie le rapport qu’entretien le cycle de la mousson ouest-africaine avec le changement climatique et l’urbanisation intrépide qu’enregistre la région. 

Enfin, Suranjith Koralegedara du Sri Lanka se penche sur la relation entre des îlots thermiques urbains — un effet calorifique anthropogénique — et des variations climatiques des milieux urbains. L’objet de sa recherche : la ville de Colombo, la capitale de cette île tropicale qui connaît depuis deux décennies un développement urbain exponentiel.

Avec ces 4 chercheurs, le nombre de jeunes doctorats soutenus par la Fondation depuis 5 ans s’élève à 11, soit autant de recherches facilitées, lesquelles sont aussi inédites qu’incontournables, susceptibles de faire avancer notre connaissance sur la question la plus cruciale de notre époque : celle qui détermine son avenir.

Related Media

  • Conférence de presse au Grimaldi Forum - 22 juin 2018
  • Conférence de presse au Grimaldi Forum - 22 juin 2018
  • Conférence de presse au Grimaldi Forum - 22 juin 2018
  • Maria Elena Cuomo, Présidente de la Fondation avec Abdalah Mokssit, Secrétaire du GIEC
  • Maria Elena Cuomo, Présidente de la Fondation avec Abdalah Mokssit, Secrétaire du GIEC
  • Maria Elena Cuomo et Francisco A. Diaz Lison avec la nouvelle promotion des boursiers GIEC